L’hypersensibilité dans sa dimension émotionnelle

Nous avons exploré dans un précédent article l’hypersensibilité sous l’angle de la neuropsychologie afin de comprendre ses caractéristiques physiologiques.

Je vous propose de continuer à explorer ce sujet plus en avant mais en se penchant cette fois sur ses composantes émotionnelles. Nous nous appuierons principalement sur le travail d’Elodie CREPEL, diplômée d’un Master psychologie psychanalytique et qui n’a eu de cesse d’aiguiser sa vision sur le sujet qui nous intéresse. Elle anime des conférences, séminaires et ateliers sur l’hypersensibilité et le haut-potentiel. Voyons comment elle peut éclairer notre lanterne sur l’univers émotionnel des hypersensibles.

Nous allons comprendre pourquoi un hypersensible ne peut pas juste “lâcher l’affaire” ou “passer à autre chose”et pourquoi il a souvent une étiquette de “pas normal”…

Enquête…

Sommaire

Les caractéristiques de l’hypersensible

Tout d’abord, on naît hypersensible, on ne le devient pas et on le restera toute notre vie.

Puisque, comme nous l’avons vu dans l’article consacré à Cathy ASSENHEIM, le cerveau de l’hypersensible est soumis à un fonctionnement physiologique spécifique.

Ces caractéristiques biologiques sont accompagnées de manifestations émotionnelles et psychologiques particulières. En effet, les hypersensibles sont caractérisés par :

  • des émotions denses et puissantes,
  • une empathie forte,
  • des convictions élevées avec un besoin profond de sens à leur vie,
  • une créativité exacerbée pour se libérer et exprimer leurs émotions,
  • une intuition élevée,
  • une tendance à focaliser sur des événements ou des personnes avec la difficulté de « passer à autre chose »,
  • une tendance à se fatiguer au contact de l’extérieur car leur côté empathique est énergivore physiquement et émotionnellement,
  • un besoin de s’isoler en lien avec la fatigue « empathique »,
  • un besoin de relations véritables et profondes,
  • une sensibilité accrue à la critique et à la méchanceté.

L’hypersensible de l’extérieur

Une personne hypersensible peut être incomprise car :

  • elle prend trop les choses à cœur,
  • elle surinvestit le champ relationnel et elle peut s’avérer étouffante ou fusionnelle.

Une personne hypersensible peut être appréciée car :

  • elle est pleine de vie et d’idées et on ne s’ennuie pas avec elle,
  • elle a des convictions,
  • elle s’investie émotionnellement,
  • elle est empathique,
  • elle est créative.

L’hypersensible de l’intérieur : à quoi peut ressembler son monde interne?

Comme nous l’avons déjà vu, l’hypersensibilité se voit clairement dans le cerveau : les zones vont s’allumer plus vite et en surnombre comparé à un cerveau non-hypersensible.

L’hypersensibilité est souvent accompagnée d’une hyperesthésie (réaction forte aux stimulis extérieurs, très grande sensibilité aux bruits, odeurs, luminosité, sensations tactiles…). Le cerveau peut être vite submergé de toutes les informations car il y a une surexcitation dans les zones neuronales (notamment sur les zones concernant les interactions avec autrui).

Les études du Dr BIANCA ACEVEDO montrent aussi que les neurones miroirs ainsi que l’insula sont plus réactifs chez les hypersensibles, ce qui explique l’hyper-réactivité émotionnelle dans les relations humaines.

Donc NON, un hypersensible ne peut pas juste “lâcher l’affaire” ou “passer à autre chose”, il ne peut pas non plus “faire comme si ce n’était pas grave” ou ne pas “en faire une affaire d’état”. Toutes ces petites expressions n’ont pas de sens pour un hypersensible. Elles sont juste là pour le juger, et lui poser l’étiquette “pas normal” qui va juste lui faire perdre confiance en lui, et en ses capacités.
L’hypersensible a un cerveau différent, et différent ne veut dire ni mieux ni moins bien … ça veut dire différent!

Source: “Vive les zatypiques” d’A.Akoun & I.Pailleau

Ses difficultés

Elle sont bien sûr d’ordre relationnelle en premier lieu. Aussi l’hypersensible :

  • est souvent perçu comme étant « TROP » susceptible/sensible/fusionnel/ excessif…
  • est souvent dans une forme de dépendance affective,
  • a du mal à tenir la distance dans ses liens amicaux ou amoureux à cause ce ces « TROP » alors qu’il aspire à une relation entière, durable et sincère,
  • se remet souvent en question et peut s’investir notamment jusqu’au burn-out au niveau professionnel,
  • a des émotions exacerbées qui gênent et il lui semble souvent plus adéquat de les cacher pour s’intégrer, se faire accepter et aimer,
  • doit se suradapter pour cacher ses émotions : son image s’éloigne alors de son être profond et il peut perdre confiance en lui,
  • éprouve de la difficulté à trouver sa place dans un milieu professionnel compétitif, de rigueur structurelle, de hiérarchisation et d’organisation figée.

Ses besoins

Au vu des caractéristiques et difficultés pré-citées, l’hypersensible a besoin :

  • de verbaliser ses émotions;
  • de s’entourer de personnes tolérantes et aimantes;
  • d’accepter son hypersensibilité comme il accepterait la couleur de ses yeux, comme une caractéristique physiologique.

Ses forces

L’hypersensible peut déployer sa force de différentes manières :

  • dans le domaine personnel, c’est un “véritable ami loyal et empathique”, un ami qui sera toujours là à vos côtés sans vous juger, un ami qui pourra vous décrocher la lune. Bref, une valeur sûre.
  • dans le domaine professionnel, il apporte de la créativité et de l’intuition. Par ailleurs, les hypersensibles mettent en place un climat chaleureux au sein des équipes, et ont le sens aigü du travail bien fait!
  • en général, ce sont des personnalités qui vont au bout de leur convictions, bien loin de l’image de fragilité qui est injustement accolée bien souvent à l’hypersensibilité. Pour peu que cette personnalité atypique soit dans un environnement aimant, bienveillant, protecteur et valorisant, elle pourra mettre toute son énergie et sa force dans les sujets qui la porte et la transporte. Elle pourra déplacer des montagnes.
Photo de Thirdman sur Pexels.com

Suis-je hypersensible? Et si on faisait un petit test ?

Pour finir, je vous propose deux liens vers les tests de Saverio TOMASELLA et Elaine Aron qui sont deux spécialistes du sujet :

Test hypersensibilité Saverio TOMASELLA avec une introduction d’Elodie Crépel

https://sophrocouze.com/test-hypersensibilite/

Publié par souliscorinne

Sophrologie Hypnose

3 commentaires sur « L’hypersensibilité dans sa dimension émotionnelle »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :