Suis-je hypersensible ou zèbre?Pourquoi et comment en avoir le cœur net?

Parfois, certaines personnes peuvent se sentir en décalage avec le monde qui les entoure. Peut-être même que ce dernier leur renvoie leur différence, leur singularité… Quand ces épisodes se répètent, ils peuvent devenir une forme de souffrance chronique, sourde mais réelle… Qui donne envie d’en avoir le cœur net…

Sommaire :

1/ Quel intérêt de passer un test?

2/ Faut-il vraiment se coller une étiquette?

3/ Quels tests existent et comment s’en saisir?

4/ Et après?

Quel intérêt de passer un test?

Le fait de se poser la question de l’hypersensibilité et/ou la douance expose à des préjugés.

L’hypersensible peut être stigmatisé dans le sens où il peut passer pour celui qui s’écoute trop. Après tout, nous avons tous des problèmes, n’est-ce pas? Et le surdoué peut passer pour prétentieux… Alors, après tout à quoi bon donner le bâton pour se faire battre?

Si ce n’est que, nous l’avons vu, l’hypersensible et le surdoué ne peuvent pas faire autrement que de vivre les choses comme ils les vivent pour les raisons que nous avons exposés dans un article précédent. Le fonctionnement de leur cerveau avec une dominante de l’hémisphère droit les expose à recevoir les choses d’une certaine façon. C’est physiologique. C’est comme si on leur reprochait d’avoir les yeux verts et qu’il serait mieux d’avoir les yeux marrons.

On ne peut pas se protéger et contrôler les perceptions des tiers, qui par définition, voient les choses de l’extérieur avec leur propre vécu et leur propre perception du monde. Ils ont leur propre paire de lunettes. Et finalement, ce qu’ils pensent de vous parlent plus d’eux et de leur perception du monde que de vous en réalité.

Mais par contre, on peut se donner les moyens de mieux comprendre son propre fonctionnement pour mieux le vivre soi-même.

En passant un test et en étant reconnu dans sa singularité, on accepte mieux la situation. On la comprend mieux. Et on peut ainsi apprendre à emprunter le meilleur chemin pour soi et à mobiliser les outils les plus adaptés à son fonctionnement…

Faut-il vraiment se coller une étiquette?

Quand on se pose la question de l’hypersensibilité et/ou de la douance, il y a une zone de questionnements, d’ombre, de doute ou de difficulté qui appelle un besoin de clarification.

Bien sûr, il peut y avoir un frein légitime à se faire mettre dans un case, à se coller une étiquette.

 

Pourquoi vouloir à tout prix entrer dans une case?

Tôt ou tard, quand nos caractéristiques induisent un rapport au monde différent de la norme, ce sont les autres qui nous collent cette étiquette. Alors autant se réapproprier son fonctionnement, l’identifier et cheminer avec confiance en comprenant les tenants et les aboutissants dudit fonctionnement.

L’idée est de se coller sa propre étiquette qui a été documentée pour éviter que les autres vous en collent une erronée. Cela peut donner plus d’aplomb pour accueillir la méconnaissance et les a priori et faire en sorte qu’ils aient moins d’impact sur votre ressenti intérieur.

Par ailleurs, beaucoup de ces personnalités atypiques portent le syndrome de l’imposteur : faire un test permet à cette personnalité qui doute de se rassurer et de se légitimer.

Quels tests existent et comment s’en saisir?

ProfilsNature du testComment le passer
L’hypersensibilité
Test de Elain Aron : https://sophrocouze.com/test-hypersensibilite/Test de Saverio Tomasella : https://sophrocouze.com/test-hypersensibilite-saverio-tomasella/
Auto-évaluation 
Le Haut Potentiel Intellectuel/ DouanceTests de QI formalisé par un corpus de professionnels (qui varient selon les pays et les contextes culturels*) :
WAIS pour les adultes;
WISC pour les enfants 6 à 17 ans;
WPPSI pour les enfants de 2,5 ans à 6 ans.
Il y a surdouance quand le QI est supérieur à 125 ou 130 selon la pratique.
Cela se fait avec un professionnel formé ( de type Master 2 de psychologie, spécialisé dans la douance).
Il convient d’être accompagné d’un professionnel :
– pour ne pas tomber dans les déciances liées au syndrôme de l’imposteur;
– pour gérer les résultats du test, qu’ils soient positifs ou négatifs.
Le syndrome de l’imposteurTest du docteur Pauline Rose Clance : https://www.am-coaching-pro.com/blogue/test-echelle-de-clance-syndrome-imposteurAuto-évaluation

*  “L’intelligence est ce à quoi une culture porte de l’importance”, Howard GARDNER.

Vidéo sur les tests d’Elodie CREPEL

Et après

Une fois les tests passés et que vous identifiez votre fonctionnement, vous êtes à même de mieux comprendre et de mieux accueillir votre rapport au monde et à vos émotions.

Vous pouvez approfondir vos connaissances en vous appuyant sur des sites extrêmement bien documentés sur le sujet :

Vous pouvez également vous en saisir pour encourager le bon côté de ce fonctionnement et en faire une force. Vous pouvez le valoriser par l’expression d’une sensibilité artistique, d’une créativité, d’une connaissance affinée d’un sujet, d’une forte empathie…

Et si vous sentez le besoin d’être accompagné sur le chemin d’une meilleure connaissance des manifestations induites par ce fonctionnement, vous pouvez envisager un accompagnement psychologique auprès d’un professionnel spécialisé, d’un sophrologue ou de tout autre professionnel spécialisé sur le sujet.

Publié par souliscorinne

Sophrologie Hypnose

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :